Publié par : xxx | février 20, 2011

Des papiers pour Said !

Comité de soutien à Said Niroumand :

Notre camarade Said Niroumand, militant du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran et du syndicat CGT des Précaires et Privés d’Emploi de Lyon, est un réfugié politique iranien débouté du droit d’asile. Sa demande d’asile ayant été rejetée, Said Niroumand, sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire Français, est actuellement menacé d’expulsion.

En cas de retour en Iran, où un mandat d’arrêt à son encontre a été prononcé à son égard pour « injures envers les valeurs sacrés », la liberté, la sécurité et même la vie de Said Niroumand serait gravement menacées, surtout dans le contexte actuel où la répression et les exécutions s’intensifient contre les opposant(e)s au régime en Iran. Il est à noter qu’en plus de ses activités contre le régime en Iran, Said Niroumand a, depuis son arrivée en Europe, participé à de nombreuses manifestations et actions publiques en faveur des droits humains, des droits des femmes, et de la laïcité contre la République Islamique d’Iran aux côtés du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, ce qui rend encore plus dangereux tout retour en Iran.

Pour soutenir Said et demander la levée de son obligation à quitter le territoire français et qu’il obtienne un titre de séjour, une pétition a été lancée :

A l’attention de Préfecture du Rhône

Opposant au régime de la République Islamique d’Iran, Said Niroumand a dû fuir son pays pour l’Europe. Sa demande d’asile ayant été rejetée, Said Niroumand, sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire Français, est actuellement menacé d’expulsion.

Lire la Suite…

Publicités

Le 15 février, le Comité International Contre les Exécutions était invité à une conférence de presse organisée par le groupe de la Gauche Européenne / Gauche Verte Nordique au Parlement Européen à Strasbourg. Cette conférence était présidée par Marie-Christine Vergiat (Parti de Gauche, France) et Cornelia Ernst (Die Linke, Allemagne).

Intervention de notre camarade Pascal faite au nom du Comité International Contre les Exécutions :

Depuis le début de l’année 2011, les exécutions et la répression s’intensifient en Iran. Amnesty International a comptabilisé un minimum de 80 exécutions en janvier, soit une exécution toutes les huit heures. Il faut ajouter qu’en plus des exécutions annoncées officiellement par la presse du régime, il manque parfois d’informations pour certaines catégories de prisonniers comme par exemple pour les réfugiés afghans.

Si, pour nous la peine de mort est une barbarie et doit être abolie sans condition et pour tous les délits, on se doit de préciser que parmi les victimes de ces dernières semaines on compte plusieurs prisonniers politiques. Le 26 décembre 2010, la mobilisation de la population de Sanandaj, capitale du Kurdistan d’Iran, avait réussi à sauver Habibollah Latifi, prisonnier politique kurde. Mais, le 28 décembre, ce sont Ali Saremi et Ali Akbar Siadat, deux prisonniers politiques, qui ont été pendus à Téhéran. Le 15 janvier, c’est Hossein Kehzri, prisonnier kurde, qui a été exécuté, le 24 Jafar Kazemi et Mohammad Ali Hajaghaei et le 29 janvier, c’est Zahra Bahrami, citoyenne irano-néerlandaise, arrêtée suite aux manifestations insurrectionnelles du 27 décembre 2009, qui a été assassinée par le régime.

Lire la Suite…

Publié par : xxx | janvier 30, 2011

29 janvier à Besançon

Dans le cadre de la journée d’action internationale contre les exécutions et en solidarité avec les prisonniers politiques en Iran, un rassemblement avec un point d’information était organisé à Besançon. Cette action a permis de sensibiliser la population sur la situation des prisonniers politiques et les exécutions en Iran, le jour même où on apprenait l’assassinat à Téhéran de Zarah Bahrami, prisonnière politique arrêtée suite aux manifestations insurrectionnelles du 27 décembre 2009 et condamnée à mort par le régime islamique. Plusieurs dizaines de personnes se sont arrêtées pour signer la pétition contre les exécutions.

Voir des images des protestations dans d’autres villes

Lire la Suite…

Publié par : xxx | janvier 26, 2011

Rassemblement le 29 janvier à Besançon

En Iran comme ailleurs :
Libération de tous les prisonniers politiques !
Abolition de la peine de mort !

Depuis le 1er janvier 2011, ce sont déjà des dizaines de personnes qui ont été exécutées en Iran. L’AFP, dans une dépêche datée du 24 janvier, indiquait qu’il y avait, en moyenne, deux exécutions par jour depuis le début de l’année. On compte parmi ces victimes plusieurs prisonniers politiques comme Hossein Khezri pendu le 15 janvier ou Jafar Kazemi et Mohammad Ali Hajaghaei exécutés le 24 janvier.

Des dizaines de prisonniers politiques ont été condamnés à mort, leur exécution est imminente, comme pour Habibollah Latifi et Zahra Bahrami. De nombreux prisonniers politiques ont eu de lourdes peines, comme l’avocate Nasrin Sotoudeh qui a été condamnée à 11 ans de prison et à 20 ans d’interdiction d’exercer et de quitter le pays, Behnam Ebrahimzadeh, militant ouvrier d’une usine de tuyaux en polyéthylène, condamné à 20 en prison et à 10 ans d’interdiction d’activités sociales, alors que, par exemple, Reza Rakhshan, dirigeant du syndicat des travailleurs de l’usine de sucre de canne d’Haft Tapeh, est emprisonné depuis décembre et que Mansoor Oussanlou, Ebrahim Madadi, Reza Shahabi et Gholamreza Gholamhosseini, militants du syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran, sont toujours en prison.

Lire la Suite…

Publié par : xxx | janvier 26, 2011

Aux syndicats du monde entier

Appel aux syndicats du monde entier en vue de la journée internationale d’action du 29 janvier contre les exécutions et en solidarité avec les prisonniers politiques en Iran :


Ces dernières semaines, le régime islamique d’Iran a dramatiquement augmenté les arrestations, les mises en détention et les exécutions de militants politiques. L’inquiète grandit que si le régime n’est pas stoppé, il commettra encore plus d’horribles atrocités.

Pour les seuls 10 premiers jours de 2011, le régime a exécuté près de 60 personnes sous prétexte de différentes accusations. De nombreux militants politiques ont reçus de lourdes peines de prison et trois ont d’ores et déjà été exécutés (*).

Lire la Suite…

Publié par : xxx | janvier 26, 2011

De l’Iran à la Tunisie, à bas la dictature !

CGT ADDSEA, 16 janvier :

Samedi 15 janvier, au moins 150 personnes se sont rassemblées Place du 8 septembre à Besançon en solidarité avec les luttes en Algérie et en Tunisie et contre la répression. Au lendemain du départ du dictateur Ben Ali, et alors que rien n ‘est encore gagné en Tunisie, où les forces de répression continue à faire semer la terreur, ni en ce qui concerne les aspirations à la liberté ni en ce qui concerne les revendications ouvrières contre le chômage et la misère, ce rassemblement était aussi l’occasion de saluer le soulèvement en Tunisie, soulèvement qui a déjà des répercussions dans le monde entier. Ainsi, les gouvernements en Jordanie (où des protestations ouvrières ont touché le sud vendredi) et en Libye ont anticipé les émeutes de la vie chère en procédant à la baisse des prix des produits alimentaires de première nécessité. Et bien au delà du monde arabe, ce sont sur ces mêmes revendications de lutte contre la hausse des prix que les ouvriers de Bolivie ont, début janvier, fait reculer le gouvernement en menaçant d’une grève générale, et les mêmes aspirations à en finir avec la dictature qui ont fait descendre des millions d’iranien(ne)s dans les rues, la même colère et la même aspiration à la liberté et à une vie meilleure qui touchent le coeur des travailleuses et des travailleurs du Bangladesh, de Chine, d’Europe ou d’Amérique.

Travailleurs de tous les pays, unissons-nous !

!يا عمال العالم اتحدوا

Parmi les slogans : « Ben Ali assassin, Sarkozy complice », « nous sommes tous franco-tunisiens », etc.

Lire la Suite…

Publié par : xxx | novembre 4, 2010

Sakineh est toujours menacée d’exécution

Communiqué de presse du Comité International contre la Lapidation, 3 novembre 2010 :

Sakineh Mohammadi Ashtiani fait toujours face à l’exécution. La protestations globale et mondiale doit continuer dès maintenant.

Selon les informations reçues aujourd’hui , des protestations internationales ont réussi à empêcher l’exécution de Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée à la lapidation. Toutefois, la menace d’exécution imminente reste toujours valable.

Un tollé public mondial a immédiatement suivi les nouvelles de son exécution imminente qui aurait avoir eue lieue le 3 novembre 2010, nouvelle qui a été diffusée par tous les grands médias internationaux. Des dizaines d’interviews ont eu lieues avec Mina Ahadi, porte-parole du Comités internationaux contre la lapidation, avec Maryam Namazie, porte-parole de Solidarité Iran Angleterre, et d’autres militants de la campagne. Des millions de personnes ont pris des mesures immédiates dans le monde entier en envoyant des lettres de protestation à la République islamique d’Iran , et à d’autres gouvernements pour leur demander une action immédiate. Un certain nombre de gouvernements, y compris le français, l’italien, suédois et américain, l’Union et le Parlement Européen ont répondu et demandé que son exécution soit annulée . Il a eu aussi un grand nombre de manifestations le 2 novembre, notamment à Berlin, Bruxelles, Londres, Paris, Rome et Washington, DC.

Lire la Suite…

Iran Solidarity, 2 novembre :

Le régime islamique d’Iran prévoit l’exécution de Sakineh Mohammadi Ashtiani le 3 novembre !

Agissez maintenant !!

Selon les nouvelles reçues par le Comité International Contre la Lapidation et le Comité International Contre les Exécutions le 1 novembre, les autorités de Téhéran ont donné le feu vert à la prison de Tabriz pour exécuter Sakineh. On rapporte qu’elle devrait être exécutée le 3 novembre.

Agissez maintenant :

1. Contactez les responsables gouvernementaux, députés, l’ONU pour leur demander d’intervenir de toute urgence. Les gouvernements doivent immédiatement convoquer les ambassadeurs de la République Islamique d’Iran et demander que l’exécution de Sakineh Mohammadi Ashtiani soit arrêtée et qu’elle soit libérée ainsi que son fils Sajjad Ghaderzadeh, son avocat Houtan Kian et les deux journalistes allemands.

Voir la lettre type proposée par Mission Free Iran à envoyer aux ministères des affaires étrangères d’Europe, à l’ONU et aux organisations de défense des droits humains pour leur demander d’agir urgence pour empêcher l’exécution de Sakineh.

Lire la Suite…

Publié par : xxx | septembre 18, 2010

Rassemblement contre la lapidation le 18 septembre

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées le 18 septembre Place du 8 septembre à Besançon pour dénoncer les exécutions et la lapidation en Iran comme dans le monde entier, demander la libération immédiate et inconditionnelle de Sakineh et réclamer l’égalité totale entre les femmes et les hommes. Appelé par Iran-Solidarité Besançon, ce rassemblement était également soutenu par lees Alternatifs, la CGT-ADDSEA, la Fédération Anarchiste, la FSU, Initiative Communiste-Ouvrière, le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, et SUD Santé-Social.

Des pétitions contre les exécutions et la lapidation ont été signées par les passants récoltant en tout 431 signatures.

Lire la Suite…

Publié par : xxx | septembre 13, 2010

Nouveau rassemblement le 18 septembre contre la lapidation

Tract d’appel à un rassemblement le 18 septembre, 15 heures Place du 8 septembre à Besançon contre la lapidation.

Iran : Halte au régime de lapidation et d’exécutions !

Sakineh Mohammadi Ashtiani est emprisonnée depuis 2006 à Tabriz (Iran), condamnée à mort par lapidation après avoir été accusée d’adultère. La campagne internationale de protestation a finalement forcé les autorités de la République Islamique à suspendre cette peine de lapidation. Mais, les campagnes de la télévision du régime contre Sakineh, laissent craindre que si elle n’est pas lapidée, Sakineh peut être à n’importe quel moment exécutée. La République Islamique a, en plus, une nouvelle fois condamné Sakineh à 99 coups de fouets sous prétexte d’une photo d’une femme publiée par le London Times, supposée être d’Ashtiani, sans voile. Après le succès de la journée du 28 août 2010, « 100 villes contre la lapidation », où des actions de solidarité ont eu lieu dans plus de 111 villes, dont Rasht en Iran, le régime a une nouvelle fois montré son sadisme et sa barbarie en laissant croire à Sakineh qu’elle serait exécutée le 29 août. Aussi, tant la condamnation à mort que la peine de lapidation restent une menace constante pour Sakineh.

Lire la Suite…

Older Posts »

Catégories